ENGLISH

Double Fine Adventure

Double Fine Adventure

Type de production/projet: médias numériques (jeu)
Cible de financement: 400 000 $ (USD)
Fonds amassés: 3,3 millions de dollars(USD)
L'entreprise: Double Fine

Ayant son siège social à San Francisco et fondée en 2000 par un vétéran du secteur, Tim Shafer, Double Fine est une entreprise de développement de jeux indépendante primée avec des antécédents robustes sur différentes plateformes, y compris XBOX et Playstation.

L'histoire

Double Fine s'était fixée comme objectif ambitieux d'amasser 400 000 $ (USD) pour un jeu où il faut pointer et cliquer et une vidéo « en coulisse ». Le 13 mars 2012, lorsque la campagne Kickstarter de Double Fine a pris fin, l'entreprise avait amassé sept fois et demie ce montant, atteignant 3,3 millions de dollars (USD), plus qu'assez pour financer le développement de leur jeu. La campagne a établi un précédent pour la façon dont les jeux indépendants peuvent financer leurs projets sans engager d'éditeurs.

Analyse

Parmi tous les genres, les jeux ont probablement les collectivités et les sous-collectivités les plus actives concernant des propriétés particulières telles que le phénomène à succès persistant « World of Warcraft ». Les jeux sont interactifs et attirent des utilisateurs qui souhaitent devenir membres d'une collectivité et y participer. Double Fine a reconnu ce désir de la collectivité et a engagé les investisseurs potentiels en leur offrant un accès exclusif aux forums de développement et une occasion de participer à des séances de remue-méninges avec les développeurs. Le succès de Double Fine prouve que les adeptes du jeu payeront pour ce privilège.

Pour le producteur de jeux indépendants, Kickstarter fournit la promesse de liberté créative. Les développeurs de jeux qui atteignent leurs cibles de financement avec le soutien des consommateurs peuvent aller de l'avant sans le compromis qui accompagne souvent une collaboration avec des éditeurs. Selon Double Fine, le financement participatif « démocratise » le processus, donnant « aux développeurs la liberté d'expérimenter, de prendre des risques et de concevoir sans la compromission de leur vision par quiconque. Il s'agit du type de luxe créatif que la majorité des grands studios établis ne peuvent tout simplement pas se permettre. Du moins, jusqu'à présent.»